Le guide ultime

DANS CE DOSSIER ACTUALISÉ, VOUS TROUVEREZ TOUTES LES INFORMATIONS NÉCESSAIRES POUR MESURER L’ÉVOLUTION DU MARCHÉ DES VÉHICULES ÉLECTRIQUES EN FRANCE ET EN EUROPE POUR IDENTIFIER LES OPPORTUNITÉS OFFERTES PAR L’E-MOBILITÉ EN 2022 👇

Le marché des véhicules électriques est en pleine effervescence et tout indique que nous ne sommes qu’au début de la révolution de la e-mobilité.

Vous trouverez ici des informations (vérifiées et sourcées) dont vous avez besoin pour mesurer l’impact du marché des véhicules électriques en France et en Europe (et plus largement dans le reste du monde). 

Cela devrait par ailleurs aider les plus curieux d'entre vous à mieux se projeter pour saisir les toutes les opportunités offertes par la mobilité électrique en 2022.

1. L'évolution du marché français entre 2012 et 2021

Pour bien comprendre la situation actuelle du marché du VE, portons notre attention sur l’évolution du secteur en France depuis 2012.

Le tournant de l’année 2020 en France

Après un démarrage relativement lent (barrière du prix, manque de solutions de recharge, manque général de maturité de la part du grand public, etc.), la quantité de véhicules électriques immatriculés en France a connu une nette augmentation au cours de l’année 2020, et ce malgré la pandémie, la crise économique et la pénurie de semi-conducteurs. 

La plateforme automobile (PFA) indique en effet que nous sommes passés de 61 356 nouvelles immatriculations en 2019 à 303 100 en 2021, soit une croissance de 394 % !

Chart for Sarah-18-01

Les véhicules électriques et hybrides représentent 40 % des intentions d’achat d’ici fin 2023

Virta a mené une grande enquête pan-européenne en janvier 2022 pour connaitre les intentions d'achat des automobilistes Français, Allemands, Suédois et Britanniques.  

Il se trouve que la France fait partie des pays européens où le virage électrique semble le plus dynamique. En effet 40 % d’entre eux disent vouloir investir dans un véhicule hybride rechargeable (26 %) ou hybride (14 %) dans les 24 prochains mois.

potentiel devolution

 

Soutenue par d’ambitieux objectifs, la tendance s’accélère

L’accélération des ventes de VE est largement impulsée grâce au soutien d’initiatives gouvernementales, comme l'association Avere France.

La filière automobile s'était fixée pour but de multiplier par 5 les ventes de véhicules électriques et de développer le réseau d’infrastructures de bornes de recharges d'ici fin 2022. Au total, il s'agit de : 

  • mettre en circulation 1 million de véhicules électriques et hybrides rechargeables
  • installer 100 000 points de recharge accessibles au public
Le nombre de véhicules électriques en circulation semble en bonne voie pour dépasser le seuil du million mais le nombre de point de recharge ne sera vraisemblablement pas atteint, même si les chiffres sont encourageants.

2. le cadre réglementaire en france

L’objectif Zéro émission pour 2050

Les derniers rapports du GIEC ne cessent de le rappeler, le temps est compté : nous devons décarboner nos modes de vie au plus vite pour préserver l’intégrité des écosystèmes de notre planète. 

Fort heureusement, cette urgence se retrouve dans les objectifs ambitieux et les mesures déjà en place pour soutenir le développement de solutions durables et plus respectueuses de notre environnement.

L’Union Européenne s’est fixée pour objectif d’atteindre la neutralité carbone d'ici 2050. Cela passe évidemment par le remplacement progressif des véhicules à moteur à combustion interne par des véhicules électriques.

La multiplication des ZFE (Zones à Faible Emissions)

Les zones à faibles émissions sont des zones définies (villes et métropoles) où la pollution de l’air est plus importante. La circulation de certains véhicules très polluants peut y être interdite, de façon temporaire ou permanente afin de réduire la pollution aux particules fines. Les ZFEs imposent des certifications sous forme de vignettes appelées Crit’Air, pour contrôler la circulation dans le Grand Paris, à Grenoble, Lyon, Rouen et prochainement Reims et Toulouse. On compte plus de 19 millions de vignettes Crit’Air délivrées aujourd’hui en France.

À titre d’exemple, la ville de Paris (et sa banlieue proche) ambitionne de n’accueillir que des véhicules zéro émissions à compter de 2030 et a déjà banni les véhicules thermiques les plus anciens (et les plus polluants). Lorsque toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants seront concernées, ce sera la régulation de près de 40% du parc automobile qui sera en jeu, soit 40 millions de véhicules. 

reglementation crit-air

Source : gouvernement.fr

 

Les incitations financières 

En parallèle des malus écologiques attribués aux véhicules dépassant un certain niveau d’émission de CO2 en g/km, le gouvernement souhaite favoriser l’achat de véhicules peu polluants via des aides financières.

  1. de 1 000 € à 5 000 € pour les particuliers
  2. de 1 000 € à 3 000 € pour les entreprises

La prime à la conversion

Cette prime sert à aider tous les Français, particuliers et professionnels, à acheter un véhicule neuf ou d'occasion en échange d'un ancien véhicule.

  •  jusqu'à 3 000 € pour l'achat d'un véhicule thermique neuf ou d'occasion
  •  jusqu'à 5 000 € pour l'achat d'un VER, dont l’autonomie en mode électrique est supérieure à 50 km neuf ou d'occasion. 

L'exonération sur la taxe sur les véhicules de société (TVS) 

Une taxe existe sur les véhicules de société fixée relative aux émissions de CO2. Dans le cas des VER, l'exonération est complète et définitive, incitant fortement les entreprises à se tourner vers des véhicules peu polluants. 

Le prêt à taux zéro 

Le prêt à taux zéro pour les particuliers et les entreprises situés dans une ZFE permet d'acheter à credit un véhicule ne rejetant pas plus de 50g de CO2 par km, sans payer d'intérêts. 

 

New call-to-action

 

3. L'ÉVOLUTION DES MARCHÉS DE VEHICULES ÉLECTRIQUES DANS LE MONDE

La croissance des ventes de VE s'accélère également hors de l’hexagone. Le marché du VE prend le chemin d’une croissance exponentielle aux quatre coins de la planète. 

Avec 3,4 millions de ventes en 2021 (+155 %), la Chine domine le marché mondial. L’Europe se trouve en seconde position avec 2,3 millions de ventes (+ 66 % par rapport à 2020), suivi des Etats-unis, avec 735 000 véhicules électriques et hybrides vendus en 2021 (+ 96 % par rapport à 2020).

Ventes de VE et VHR entre 2020 et 2021

Source: EV volumes

Une accélération des ventes plus rapide que prévu

Au cours de l’année 2021, les experts prévoyaient une croissance ambitieuse de 98 % des ventes de véhicules électriques et hybrides à l'échelle mondiale.

 

En réalité, avec 6,75 millions de véhicules vendus, les ventes de VE et PHEV ont crû de 108 % en 2021.

Ventes de vehicules elect-11

L’impact de la législation européenne sur les ventes

Le 1er janvier 2020, le règlement (UE) 2019/631 fixant des normes de performance en matière d'émissions de CO2 pour les nouvelles ventes est entré en vigueur. Si un constructeur automobile ne respecte pas l'objectif de95 g de CO2/km, il doit payer une amende de 95 € par gramme au-dessus de la limite, le tout multiplié par le nombre de voitures qu'il vend.

La commission européenne prévoit même d'interdire la vente de voitures essence et diesel dès 2035 pour réduire encore les émissions de CO2.

4. les différents modes de transport électriques

Si l’on pense naturellement aux voitures électriques lorsque l’on parle de mobilité verte, il faut noter que d’autres moyens de locomotion prennent aussi le chemin de l’électrification.

Des transports en commun aux trottinettes électriques : toutes les mobilités s’électrifient

L'essor de la micro-mobilité électrique

La micro-mobilité englobe les déplacements et moyens de transport individuels tels que les vélos, trottinettes, skateboards, hoverboards ou gyroroues (ou monocycles)..

 

Les solutions de micro-mobilité électriques connaissent une forte croissance depuis 2016. Avec 908 000 ventes et 51 % du nombre total des ventes d’Engins de Déplacement Personnel (EDP) en 2021, la trottinette électrique est le plus répandu en France.

ventes dEDP

Sources : FPMM et Ouest France

Le transport de marchandises

L’électrique gagne également du terrain dans l’industrie du transport de marchandises. C'est un enjeu décisif dans la lutte contre le réchauffement climatique car la logistique est un pôle très important d'émissions à effet de serre. 

immatriculations poids lourds

Source : Trends and developments in electric vehicle markets, 2021

Avec environ 450 camions immatriculés en 2020, l’Europe devance les États-Unis (240), mais accuse un retard important sur la Chine (6 700 immatriculations en 2020).

Des transports en commun plus verts 

Les transports en commun ne sont pas en reste, et sont même parfois précurseurs puisque certaines lignes de bus en ville sont passées à l'hydrogène vert, comme Pau en 2019. 

Les compagnies européennes de bus semblent accélérer la mise en circulation de véhicules électriques, malgré un ralentissement observé en 2018.immatriculations bus

Le schéma est le même que pour les véhicules de transport de fret : L’Europe devance les États-Unis (1 millier de bus immatriculés en 2020) mais accuse un lourd retard sur la Chine (78 000 immatriculations en 2020).

En somme, c'est une nouvelle encourageante pour la planète. En effet, si les véhicules lourds ne comptent que pour 10 % des véhicules en circulation, ils représentent une part importante des émissions de CO2 produites par nos véhicules thermiques.

La route est encore longue, mais les chiffres indiquent que l’électrification de nos modes de transports — des deux-roues aux semi-remorques — est en train de devenir une réalité.

Pour les bus et les camions gourmands en énergie, le bitume pourrait à terme fournir de l'électricité en complément, grâce à un système de recharge par induction. 

 

5. La recharge intelligente de ve : entre défis et opportunités 

La croissance du nombre de véhicules électriques et hybrides en circulation a une conséquence tangible : nous avons besoin de construire un réseau de solution de recharge complet.

La recharge intelligente : qu’est-ce que c’est ? Et comment ça marche ?

La recharge intelligente de VE (que vous connaissez peut-être sous l’appellation anglo-saxonne de Smart EV charging) ne révolutionne pas simplement le confort de recharge pour les automobilistes, elle révolutionne aussi nos réseaux électriques.

En effet, la recharge intelligente permet de décider de la quantité d'énergie dédiée à la recharge de VE, en temps réel. Elle ouvre également la voie à des technologies comme le V2G (pour vehicle to grid), qui permet d'utiliser l'énergie stockée dans les batteries des VEs branchés sur un réseau.

Le saviez-vous ?

Il est prévu que le marché du V2G atteigne une valeur de plus de 5 milliards de dollars d’ici à 2024.
Pour en apprendre plus, lisez notre guide complet

 

6. Les infrastructures de recharge (irve)

Alors que le nombre de véhicules électriques a fortement augmentées dernières années, la courbe des infrastructures de recharge a suivi a peu près la même courbe, en France et en Europe.

Cependant, tout (ou presque reste) à faire. Lisez : le chemin est pavé d’opportunités à saisir.

Selon le baromètre national des infrastructures de recharge publié par l'Avere France, le nombre de points de recharge ouverts au public en France était de 57 732 au 31 mars 2022

Et ce n’est que le début. 

Grâce au Programme de financement de bornes de recharge Advenir, l'objectif est de dépasser 200 000 bornes en zone urbaine et dans les territoires en 2025 et de flirter avec les 500 000 bornes déployées à l’horizon de 2030.

Le programme soutient particulièrement l'investissement dans le déploiement de stations de recharge haute puissance, qui sont plus onéreuses. Dans ce cadre, le gouvernement a lancé un Appel à projets (APP) pour une enveloppe de 300 millions d’euros, à travers l'Ademe (agence de la transition écologique).

Un réseau de charge Européen très disparate

Il y avait 330 000 stations de recharge accessibles au public en Europe à la fin de 2021 selon ChargeUp Europe, dont la moitié sont situées aux pays-Bas (122 000) et en Allemagne (65 000) !  Le réseau a été multiplié par 6 depuis 2015

Avec ses 86 points de recharge pour 100 000 habitants, la France fait moins bien que la moyenne européenne qui est de 73 points de charge pour 100 000 habitants

Nombre de bornes de recharge

Source : Transportenvironment.org, 2021

La recharge très rapide : la nouvelle norme

Le temps de recharge est un élément crucial pour les automobilistes : 

  • C’est un élément de confort pour les conducteurs actuels de VE.
  • C’est un argument de vente pour les potentiels acheteurs de VE.

Les constructeurs automobiles et les fabricants de bornes continuent d’optimiser les temps de recharge et sont maintenant en mesure de proposer des sessions de recharge complètes en 30 minutes.

De plus en plus, l'idée est d'optimiser ses trajets avec une solution "je me charge là où je me gare", c'est à dire pendant que je vais au cinéma, je fais les courses, etc.). 

Bornes de recharge rapides : la France accuse un leger retard sur ses voisins 

Si l'Ademe prévoit de soutenir le développement des bornes publiques de recharge rapides, d'une puissance unitaire maximale d'au moins 150kW, la France a un léger retard sur des pays comme l’Allemagne, la Pologne ou l'Espagne.

Ce retard peut se mesurer par la quantité de bornes de recharge rapides disponibles en moyenne par segment de 100 km dans chaque pays.

puissance du reseau-franceEurope infra installee

 

Entre 11 et 14 véhicules électriques par borne en Europe d’ici à 2030

Recharger un VE demande du temps (environ 30 minutes pour une recharge complète sur une borne de recharge rapide). Pour éviter les embouteillages, il est recommandé par les experts d’atteindre un ratio d’au moins 10 VEs par borne de recharge.

Les estimations actuelles (entre prévisions de ventes de VE et installations de bornes de recharge) indiquent que nous devrions observer entre 11 à 14 Ves par bornes de recharge publique d’ici à 2030.

Zoom sur le programme Advenir 

Lancé en 2016, le programme Advenir aide particuliers et professionnels à financer l’installation de bornes de recharge de véhicule électrique.

Le programme Advenir en chiffres

  • Objectif de 100 000 bones installées en 2025
  • Budget de 320 millions €
  • Fin du programme : 2025

 

Le saviez-vous ?

Virta est labellisé par le programme Advenir et peut prendre en charge votre dossier de subvention et vous accompagner sereinement dans votre projet d’installation de points de recharge.
En savoir plus

7. Le veritable impact environnemental des VE

Il n’est pas rare d’entendre tout et son contraire en ce qui concerne l'empreinte carbone des véhicules électriques. Il est important d'abord de distinguer l'impact environnemental lié à la fabrication du véhicule, de l'impact durant l'ensemble de son cycle de vie.

Lors de la fabrication, c'est avant tout la batterie qui pose problème. Elle pollue car des métaux rares difficiles à extraire sont nécessaires à sa fabrication : cobalt, nickel, manganèse et, bien sûr, lithium

Malgré cela, les véhicules électriques ont un impact nettement moindre comparé aux véhicules thermiques qui émettent 3 fois plus de gaz à effet de serre, et ce, quelle que soit l’origine de l’électricité nécessaire pour charger le VE.

C’est en tout cas ce que révèle une étude réalisée par l’ICCT (International Council on Clean Transportation) à partir de données récoltées en Chine, en Europe, en Inde et aux États-Unis en 2021.

emissions de gaz a effet serre-2022

 

Quid du recyclage de batteries ?

Bien que la filière y soit encore jeune, la France est déjà capable de recycler les batteries au lithium à plus de 65 %. Lorsqu’une batterie arrive en fin de vie, elle peut être démontée pour récupérer une large partie des métaux précieux qui la compose.

 

Le passage au tout électrique va-t'il provoquer une congestion du réseau ? 

Le passage du thermique à l'électrique peut-il mettre sous tension le réseau français d'électricité et faudra-t'il construire de nouvelles centrales nucléaires pour faire face à la demande ?

Les prévisions réalisées par RTE (réseau de transport d'électricité) indiquent qu'un million de véhicules électriques en circulation équivaudrait à une consommation annuelle de 2,5 TWh, soit entre 10 000 km et 15 000 km parcourus par véhicule. En sachant que la consommation globale annuelle en France est autour de 500 TWh, la part de consommation des véhicules électriques se situe autour de 6 % à 8 %

Impossible actuellement d'affirmer que l'impact de l'électrification de la flotte de véhicules sera aisément absorbée par le réseau d'électricité, mais les statisticiens du secteur sont confiants. 

Autre motif de soulagement, la technologie V2G permet de stocker de l'électricité, transformant ainsi les VE en batterie sur roues. Il est estimé que 30 TWh seront (en moyenne) stockés dans les batteries des véhicules branchés sur nos réseaux électriques d’ici à 2040

New call-to-action


8. le rôle des constructeurs automobiles en europe

Les constructeurs automobiles européens se convertissent à l'électrique, parfois à marche forcée, mais toujours de façon spectaculaire. Bruxelles a en effet mis en place une mesure incitative de réduction des émissions de CO2 de 55 % d'ici 2030 (amende de 95 € par gramme au-dessus de la limite de 95 g de CO2/km. Multiplié par le nombre de véhicules vendus). 

Pour être en conformité, la plupart des grandes marques (Volkswagen, Audi, Fiat, Renault, Stellantis, Volvo, etc.) ont d'ores et déjà annoncé qu'elles fabriqueraient uniquement des véhicules 100% électriques à partir de 2030

De 1 million de véhicule produits sur le continent (représentant 7 % de la production totale), les constructeurs devraient passer à 3,3 millions en 2025. Au cours des prochaines années, l'offre devrait également s'étoffer, atteignant 175 modèles différentsÀ terme, le lancement d'usines dédiées à la production de véhicules électriques permettra de faciliter l’assemblage et ainsi d’augmenter la productivité, ce qui entrainera une baisse des prix. 

La sortie de modèles low costs crédibles pourra convaincre sans aucun doute davantage de foyers aux faibles revenus. 

 

9. l'électrification des flottes de véhicules

Les entreprises jouent un rôle de plus en plus important pour soutenir la transition vers les véhicules électriques. Un nombre croissant d'entre elles cherchent à se différencier en mettant en avant leurs engagements écologiques.

Les entreprises ont également trouvé un excellent moyen de réduire leurs coûts, en profitant des dispositifs financiers proposés. 

En plus de cela, le coût d'entretien d'un véhicule électrique est plus faible que celui d’un véhicule thermique, selon le Car Cost Index

Les car policies les plus ambitieuses se trouvent actuellement dans la logistique. Le leader allemand de la livraison, DHL, a par exemple pris l'engagement d'atteindre 70 % de livraisons propres lors des premiers et derniers kilomètres de livraison d'ici 2025. DB Schenker ambitionne également de réduire ses émissions de CO2 à zéro dans les villes européennes d'ici 2030.

Les acteurs de la grande distribution sont aussi de plus en plus nombreux à proposer des solutions de recharge pérennes pour accompagner une clientèle de plus en plus équipée de véhicules électriques.

De son côté, le loueur Hertz a annoncé fin 2021 qu'il allait commander 100 000 VE à Tesla pour verdir sa flotte.

New call-to-action

 

10. les prédictions pour 2030 (et au-delà)

Les estimations actuelles montrent qu’entre 145 et 230 millions de VE seront en circulation en 2030 (dans le monde).

Les prédictions à plus long terme sont plus risquées. Certaines études tentent des estimations pour 2050 où il est question de 670 millions de VE en circulation dans le monde (représentant environ 31 % de la flotte mondiale estimée à cette date).

Une grande disparité est à prévoir entre les pays de l'OCDE et les pays émergents, dont l'adaption des véhicules électriques se fait plus lentement. 

La locomotive européenne

Les orientations très ambitieuses du Green New Deal Européen place en tête le continent. Les deux prochaines années seront cruciales pour que l'Europe puisse asseoir son statut de leader sur le marché du VE.

Le premier objectif fixé est d'atteindre 14 millions de VEs en circulation en 2025. Passé ce cap, la commission européenne prévoit entre 33 et 40 millions de véhicules électriques en circulation d’ici 2030.

À partir de 2035, il est d’ores et déjà prévu que 100 % des voitures neuves vendues en Europe seront électriques.

Au sein de l'Europe, des différences sont à prévoir selon les pays. Il est estimé dans l'étude BloombergNEF EVOutlook 2021 que l'Allemagne atteindra 90% de ventes de véhicules électriques sur son marché d'ici 2040

 

Une évolution du marché liée à la santé de notre planète

L’avenir du marché des VEs est lié à la problématique du réchauffement climatique. Quatre scenarios sont envisagés :

1. Le scénario zéro émission d’ici 2050 (Net Zero Emissions by 2050)

C’est le scénario le plus ambitieux. Ce modèle prend en compte les disparités entre les pays et prévoit que certaines nations atteindront les objectifs avant le terme. Cette estimation n'exige pas de réduction des emissions en dehors du secteur de l'énergie, mais table sur une réduction dans les mêmes proportions de celles-ci. 

2. Le scénario des promesses tenues (Announced Policies)

Ce scénario tient compte des engagements pris par les différents gouvernements à travers le globe de réduction de leur empreinte carbone, notamment dans le cadre des Accords de Paris. Le but est de limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C. Ce scénario montre aussi le gap qui existe entre les promesses faites et les mesures drastiques qui doivent encore être prises pour les réaliser.

3. Le scénario des engagements actuels (Stated Policies)

Ce scénario tient compte des mesures effectives actuellement en place pour limiter nos émissions de gaz à effet de serre. Ce scénario montre que les actions déjà prises ont un impact, mais restent insuffisantes.

4. Le scénario du développement durable (Sustainable Development)

Moins ambitieux que celui du zéro emission, ce scénario imagine un monde où l’on pourrait assurer un accès universel à des services énergétiques abordables, fiables, durables et modernes d'ici 2030. Ce modèle repose aussi sur une fort développement des energies renouvelables, l’enjeu étant de réduire aussi considérablement la pollution de l'air. Selon ce modèle, l'objectif zéro émissions serait atteint dans les pays occidentaux en 2050, en Chine en 2060 et en 2070 pour le reste du monde. 

 

Un marché en effervescence

Si ce n’était pas déjà le cas, vous devriez maintenant avoir une vision plus claire de l’état du marché des véhicules électriques en France et dans le du monde.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la recharge de véhicules électriques, parcourez notre guide pour monter et piloter votre activité de recharge de VE.

Vous avez déjà un projet dans la recharge de VE ? Contactez-nous pour organiser une consultation gratuite ! Nous reviendrons vers vous au plus vite.